D’une manière générale, une femme enceinte peut-elle se rendre chez son chirurgien dentiste ?

Tout d’abord, il faut insister sur l’importance de la prévention – qui devrait d’ailleurs être une règle pour tous.
En règle générale, il est recommandé de faire un contrôle dentaire et un détartrage annuels, ce qui reste le meilleur moyen d’éviter que de petits soins ne se transforment en gros traitements.

Grâce à une prévention rigoureuse, la grossesse a toutes les chances de se passer sans avoir besoin de soins dentaires.
Si une femme enceinte doit consulter son chirurgien dentiste, c’est le plus souvent en urgence.
La plupart des urgences dentaires sont d’origine infectieuse et sont accompagnées d’une bactériémie, c’est-à-dire du passage de bactéries dans le sang.
C’est le cas désinfections parodontales (infections de la gencive et de l’os) et des «rages de dents» (infection de la pulpe d’une dent due à une carie profonde).
Le sang véhicule alors des bactéries pathogènes, et si rien n’est fait, le risque de malformation du fœtus, quel que soit le stade de son développement, est augmenté.
Ne pas consulter et ne pas accepter de soins dans ces conditions serait une prise de risque pour l’enfant.
Néanmoins, la grossesse se traduit par de nombreuses modifications physiques et psychiques dont il faut tenir compte en cas de soins dentaires.
D’abord, le sentiment d’insécurité généré par la perspective d’aller chez le chirurgien dentiste, surtout s’il s’agit d’une urgence, nous amène à limiter les soins prodigués au traitement de la douleur et de l’infection.
Une fois que la maman aura récupérée de son accouchement, elle pourra reprendre rendez-vous pour finaliser les soins entrepris durant sa grossesse.
Par ailleurs, il est important de tenir compte des risques d’un traitement pour la santé de la future maman et du bébé.

S’il n’y a pas lieu de paniquer et de refuser toute intervention ou médication, il convient de limiter celles-ci au strict minimum.